03/06/2009

Un cri sur un mur

_MG_5630b


   Nunca mas - plus jamais... 
Les années terribles de la dictature se déclinent sur un mur qui petit à petit s'écaille.  Tout autour un petit parc où l'on joue au foot, les rues où déambulent des dizaines de passants et de touristes,...  les dessins perdus crient en silence... Qui se soucie de l'Histoire ?
Buenos aires - La Boca - 30 mars 2009.
  

23:38 Écrit par Nautilus dans 2009 - Argentine | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : graffitis

Commentaires

bonsoir nautilus des horreurs que l'on ne dvrait oublier , photo parlante et criante .
Dignes, belles,
Elles tournent sur elles-mêmes,
Les rides creusées,
Les larmes n'ont pas séché
Elles dansent sans un bruit
Leurs enfants disparus
Disparus dans la nuit
Leurs enfants perdus

Sur les terres de Piazolla
Muets sont les poètes
À moins de parler bas
Mais dans le clair-obscur,
À l'heure de tous les rêves
Soudain une voix s'élève...

Nunca más !
Nunca dormir, y nunca dejar olvidar,
Bailar al viento que los desaparecio...
La sangre nunca acaba de gritar,
El viento siempre acaba por cambiar

Folles, elles dansent,
Elles ont vaincu l'oubli
Elles savent la force
Oui jamais ne les trahit
L'histoire est lente
Mais elles font tourner la tête
Ce soir, elles chantent
Les diables sont jugés...

Nunca más !
Nunca dormir, y nunca dejar olvidar,
Bailar al viento que los desaparecio...
La sangre nunca acaba de gritar,
El viento siempre acaba por cambiar
j'aime beaucoup ton travail photographique , bonne soirée . yepa



Écrit par : yepa | 04/06/2009

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.