15/04/2009

... retour a Salta

Voila, ca sent deja la fin du voyage.  Finalement, plutot que de prendre des tas de bus et de courir d'une place a l'autre, j'ai choisi de recontacter mes hotes Servas a Salta et de passer une journee en leur compagnie, dans le calme de la campagne.  La localite de Vaqueros est situee a quelques km de la ville de Salta, mais c'est tout a fait la campagne, bois, vegetation et criquets sur font montagneux, de belles maisons avec plein d'espace tout autour, des rues empierrees un peu vides, mais avec des chevaux qui broutent ca et la, en semi liberte.  Un endroit plus que calme et des hotes tres sympatiques : Nadia est artiste.  Elle prepare pour le moment une exposition de ses travaux : des superbes vitraux. Son compagnon Tomas est neerlandais.  Il travaille pour une ong, a des projets en Bolivie toute proche.  Ils ont choisi de vivre ici depuis 7 mois.  Nous sommes alles hier soir manger dans une 'pena' ou le personnel joue de la musique entre deux clients. 

La derniere fois que j'ai eu l'occasion de poster sur ce blog, j'etais a Tilcara, le jour du vendredi saint.  La semaine sainte est l'occasion d'importantes ceremonies dans toute la region, et particulirement ici.  Des le mercreci, une processiond'une vingtaine de km a travers les montagnes draine plein de fideles.  Le vendredi saint, c'est le jour du chenin de croix La ceremonie est diffusee partout via des hauts parleurs.  Le parcours se fait au centre ville a partir de l'eglise et demarre par une serie de chants religieux, entonnes par un chanteur, je suppose, professionnel.  Et les gens ne se lassent pas vite...  Les chants et les discours a la gloire de Tilcara et de ce jour exceptionnel, se succedent pendant une bonne demi heure, avant que le cortege ne se mette en route.  A chaque station, le quartier a confectionne un grand panneau representant un message ou un episode religieux.  Les motifs sont realises avec du sable, des petites pierres, toutes sortes de materiau colore.  Le resultat est pas mal spectaculaire et fait la fierete de ses auteurs.  Quant au cortege, il est accompagne par un nombre certain de bandas, percussions et flutes andines, qui ne jouent pas toujours tres juste, loin s'en faut, mais le tout fait un brouhaha indescriptible, tandis que les prieres resonnent dans les hauts parleurs.  Vu la foule et l'etroitesse des rues, le cortege met des heures pour faire le parcours.  Il se fait tard et je dois prendre un bus demain a 3h30 du matin.  J'abandonne un peu le cortege pour tester la viande de lama dans un petit restaurant.  J'ai termine de manger que le corteges n'est pas encore arrive a la hauteur de celui-ci.  Il se fait tard pour moi, je bats en retraite vers le camping ou j'espere dormir une heure ou deux... las ...   C'est aussi la fete.  Une grande tente familiale est venue s'installer pres de la mienne.  Avec celles qui sont plus bas, occupees par des jeunes filles, je suis prise en etau par des papotages et rires bruyants jusque 2h passees.  Sans compter que, dans le fond du camping, un groupe a juge bon de mettre sa musique.  Bref, c'est quand le silence se fait enfin qu'il me faut tout replier et me diriger vers l'arret de bus.  Heureusement qu'il y a quelques heures de trajet pour y dormir un peu.

_MG_6144mini

_MG_6208mini
 

Revenir a Salta, c'est revenir en terre connue.  Je ne suis la que le temps de prendre le bus suivant, destination Cachi.  Faudra avoir les yeux ouverts : la route est parait-il exceptionnelle.  En attendant, j'ai quelques heures pour tuer le temps.  Je confie mon gros sac a la consigne et je m'en vais prendre un cafe au centre ville.  Juste avant de repartir vers la gare, une ceremonie s'annonce.  Un groupe de gauchos a cheval, raides, fiers, austeres et serieux, en habit traditionnel, suit une fanfare militaire jusqu'au batiment officiel.  Sans doute s'agit-il d'une sorte de garde civile.  En tout cas, ils ne manquent pas d'allure, droits comme des i, ecoutant les discours officiles et marchant au pas.

16:19 Écrit par Nautilus dans 2009 - Argentine | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.