15/04/2009

... retour a Salta (2)

Il n'y a qu'une seule compagnie de bus qui fait le trajet jusqu'a Cachi.  Celui que je prends a manifestement vecu et est tout plein.  J'ai pris le soin de me reserver une fenetre.  Le spectacle va commencer.  Enfin, tout doucement, car l'on roule encore 1h dans la tres large vallee toute plate, avec seulement des montagnes bien loin a l'horizon.  Puis subitement, la route se met a grimper, les montagnes sont la, toutes couvertes d'une vegetation tropicale.  Les deux cotes de la route sont tout verts et dans le fond, un petit cours d'eau.  Puis le paysage se modifie.  Des cactus apparaissent, les versants deviennent de plus en plus arides, puis prennent des couleurs deja apercues plus au nord : vert, orange, ocre.  Le bus fait un petit stop dans un mini resto-route, avant d'attaquer la suite.  Ca se met a monter ferme dans un paysage de plus en plus escarpe et une route a epingles a cheveux.  On monte vers les nuages, que l'on finit par rejoindre dans un brouillard humide, au passage du col.  Ensuite, tout change encore radicalement.  De l'autre cote de la montagne, il y a une espece de desert tout plat, herisse de quantites impressionnates de cactus.  Quasi une foret, dans un espace tout sec.  Enfin, l'on approche d'une bande verte.  Quelques ruisseaux coulent dans le fond et c'est bien sur la que se sont installes les villages, depuis l'epoque preincaique.  On arrive a Cachi en fin de journee.  Sous le soleil qui decline, les murs blancs du village etincellent.  Dommage que le camping est si loin.  Faut monter un chemin tout poussiereux pour y arriver.  La journee fut fatiguante mais rien que le trajet meritait deja de tenter le coup.  Il me resteune petite heure pourm'installer et prendre une douche, avant qu'il ne fasse noir.  Il ne reste qu'une seule chose a faire : chercher un coin pour manger et aller dormir.  Maius voila on est samedi saint.  Il y a une celebration sur la place.  Allez... je reste encore un peu pour me plonger dans l'ambiance.  Au milieu de la rue, l'on a suspendu une effigie de Judas, tandis que sur le parvis de la ravissante petite eglise aux 3 clochers, une reconstitution de la grotte tente de retenir le fac similie de pierre qui a une facheuse tendance a s'envoler avec le vent.  Ici comme ailleurs, on ne fait pas dans le court.  4 lectures avant d'entendre enfin l'Evangile.  La je n'en peux plus.  Dommage pour le reste, mais je m'endors sur place.  Autant rentrer sous la toile.

_MG_6320mini

C'est dimanche de Paques.  Pas de transport pour nulle part.  Le village est redevenu tout calme.  Voila une journee pour flaner au hasard des ruelles ou des sentiers de campagne.  Le petit musee est ouvert.  Simple mais bien interessant.  Sur les hauteurs, un cimetière plein de charme, sur fond de montagnes aux sommets blanchis.  Une bien belle etape pour faire une halte.  Il est malheureusement un peu complique de trouver un tranport collectif pour aller a Cayafate.  En fait, il en faut 3 differents et bien entendu personne ne peut me renseigner sur les horaires.  Bref.  Vu le temps qu'il reste, c'est trop juste.  Je rentre lundi sur Salta, par la meme superbe route.

16:41 Écrit par Nautilus dans 2009 - Argentine | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.