10/04/2009

... de Tilcara

vendredi, 10 avril, 15h, heure locale.  Dans le cybercafe de la rue principale de Tilcara, j'attends le passage des heures les plus chaudes pour continuer a me promener dans la ville et notamment pour aller voir la 'pucara', restes de la forteresse precolombienne.

J'ai finalement quitte Salta avec une bonne impression, celle que m'a laissee l'excellente soiree passee avec Nadia, membre de Servas, tres sympathique americaine installee ici depuis 7 mois.  C'est bien dommage que je n'ai pas eu l'occasion de loger chez elle.  Peut-etre avant mon depart pour Buenos Aires, si je decide de prendre ce dernier bus a partir de Salta.  A suivre.
Par contre, l'ambiance a l'auberge de jeunesse n'etait pas tres fameuse - sans doute, a cause des personnes qui y logeaient en meme temps que moi.  Tres peu de 'bonjour' et du boucan pendant la nuit, qui reussit a m'eveiller 3 fois.  Voila une place que je ne regretterai pas de quitter.

Il me faut choisir pour la destination suivante.  Finalement, c'est le bus qui choisit pour moi : celui qui va directement a Tilcara est complet.  Il y a d'autres solutions, mais je profite de l'occasion pour choisir Jujuy  (qui se prononce quasiment "y-ouïeouï") - ville a priori pas tres engageante - mais reprise d'un bus le plus vite possible, pour Purcamarca.  

_MG_6107mini
   


Apres quelques minutes de ville, le paysage devient tout de suite montagneux.  On suit la vallee, qui se borde de montagnes decoupees et de plus en plus colorees.  En effet, Purmamarca, petit village andin, est repute pour se trouver dans la vallee des roches colorees et plus particulierement pour etre construite aux pieds de la "montagne aux 7 couleurs".  De fait, on apercoit celle-ci d'emblee en arrivant au village.  Pour une fois, voila un lieu plus petit, intime  (enfin, si on peut dire, car il est tout tourne vers le tourisme) et un paysage a explorer en toute liberte. 

De plus, il y a un camping - pas tres sophistique, j'en conviens - mais suffisemment pour planter sa tente en toute securite et partir promener dans les environs.  Inutile de dire que j'aime !  J'arrive sur les lieux vers 16h et je m'en vais faire le tour de la montagne coloree.  Le soleil et les passages d'ombres des nuages font naitre toutes sortes de lumieres sur les pierres.  Il fait aussi raisonnablemet plus frais - disons que, vu la fin de journee, je supporte bien une petite chemise fine au dessus du t-shirt, et un gilet, lorsque le soleil s'en va definitivement.  Au centre, une toute petite eglise blanche.  Une bonne partie des poutres et portes sont en cactus.  D'ailleurs, des gros cactus, il en pousse comme des mauvaises herbes dans mon jardin.  Le centre est surtout occupe par un marche artisanal.  J'y retrouve tout ce que j'ai vu et revu comme artisanat au Perou - les pulls, les tissus, les flutes, les bijoux, les petites poupees.  C'est bien difficile de trouver quelque chose de different.  Si le lieu est bien agreable, il est cependant entierement consacre au tourisme, comme si personne ne vivait ici d'autre chose.  Une fois la nuit tombee, ce sont les restaurants et le lendemain matin, je ne vois personne qui s'en va travailler ailleurs, aux champs, par exemple, mais bien des tas de gens qui arrivent avec des charrettes pleines d'artisanat a installer pour la journee.
Impossible de flaner un peu plus en soiree : je tombe de fatigue et, apres une bonne soupe de feves, maïs et viande, que je teste, un peu sans savoir ce que c'est ("locro"), je pars m'ecrouler sur mon matelas.  La petite balade du lendemain matin, confime cette omnipresence de l'activite touristique.  Je replie tout et je pars pour Tilcara, a une toute petite heure de la, fort pres du tropique du Capricorne.

Cette fois le camping est pas mal du tout.  Il est aussi juste a cote du terminal des bus : ce sera plus commode demain matin pour reprendre le bus de Salta.  En effet, ce sera mon etape la plus au nord.  Si tout se goupille bien demain, je devrais etre a Cachi.  Faut deja calculer pour tacher d'etre a temps a Buenos Aires dans moins d'une semaine, a present.

20:29 Écrit par Nautilus dans 2009 - Argentine | Lien permanent | Commentaires (1)

Commentaires

Ah voilà des endroits qui me sont familiers : Salta, Cachi, Tilcara...
Le seul grand voyage que j'aie fait, en 1999.

Amitiés !

Écrit par : nuages | 13/04/2009

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.