08/04/2009

... de Salta

Cette fois, c'est le grand soleil des les premieres heures du matin.  La journee promet d'etre torride.  Je prepare mon sac, paye ce que je dois avant de poser mes affaires pour quelques heures dans la reserve.  J'ai juste le temps de faire un tour jusqu'a la riviere Iguazu et le petit port qui permet le passage au Paraguay - puis, apres avoir longe la rive, un oeil sur le monument qui marque les 3 frontieres : Argentine - Paraguay et Bresil.   Le temps de retrouver mon chemin jusqu'a l'hotel, je suis deja toute en sueur.   Heureusement la gare des bus est juste a cote.  C'est parti pour un voyage de 24h, de l'est vers l'ouest, direction Salta, dans un bus semi cama avec, bien sur, air conditionne... ouf.  Je suis assise a l'etage, tout devant.  Ca donne une vue imprenable sur tout le chemin traverse : d'abord la foret, ses sentiers de terre rouge (meme l'asphalte est rougeatre), et toujours plein de papillons, puis le paysage s'aplatit et devient de moins en moins boise.  L'on repasse devant San Ignacio, puis Posadas, puis encore Corrientes.  A la nuit tombante, l'on croise plusieurs gauchos sur leur cheval, l'on retrouver les troupeaux de vaches et l'immense horizon tout plat.  Puis, l'on s'installe le mieux qu'on peut pour passer la nuit.

Le lendemain, le paysage a change : voici que se pointent les montagnes.  Il pleut aussi, mais comme pour nous souhaiter la bienvenue, ca s'arrete a l'arrivee a Salta.  Il y fait froid, m'avait-on dit a l'entree dans le bus.  Bof...  C'est moins chaud qu'a Iguazu, mais encore comme un ete belge tres gate.  La ville est trepidante.  Je tache de trouver un moyen d'organiser mon invitation Servas.  Mais decidement, mon hote potentiel habite fort loin du centre.  Je risque bien de passer une demi-journee a tacher d'atteindre sa maison, et je ne compte pas reste plus qu'il ne faut ici...  bien trop "ville" et bien trop animee a mon gout.  Bref, je me rabats sur une auberge de jeunesse, la plus proche possible de la station de bus, et je m'en vais a la decouverte du centre.  A deux pas du terminal : un agreable parc avec une piece d'eau - un peu le bois de la Cambre local. 

Autour de la place principale, beaucoup de facades de style colonial, de jolies arcades blanches, des eglises, disons, spectaculaires (repeintes dans des couleurs baroques), une foule innobrables d'ecoliers et etudiants de tout age - ca doit etre la sortie des classes.  Je repere l'entree du musee archeologique - il abrite le corps momifie d'une jeune fille sacrifiee par les Incas : la Doncella.  Je pense que c'est la que je vais m'en aller de suite...  apres un petit rafraichissement.  Sante !   


_MG_6037mini

20:14 Écrit par Nautilus dans 2009 - Argentine | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.